D'une île au monde …

Le Blog de Paul Vergès

Police : A+ A- A

Paul Vergès, sa biblio

Du rêve à l’action, Discours recueillis par Brigitte Croisier (Océan Editions, 2007)

Les discours de Paul Vergès recueillis dans cet ouvrage ont été prononcés dans le cadre de ses fonctions de président de la Région Réunion. Mais, le paradoxe est frappant, ils sont tout sauf marqués du sceau de l’institutionnel. Ils en brisent le carcan pour saisir la réalité concrète et en constante transformation de la société réunionnaise : son histoire, encore et toujours re-parcourue, ses problèmes, son potentiel, son devenir…
De cette  » île peuplée à partir d’un crime contre l’humanité  » à cette  » île-laboratoire  » offrant un concentré des enjeux et des défis de notre temps, c’est toujours  » d’une île au monde  » que Paul Vergès nous invite à faire le voyage vers l’essentiel : prendre la mesure d’une crise de civilisation mortifère à l’échelle de notre planète, et se donner les moyens de pouvoir regarder les yeux dans les yeux les générations futures.
Au fil de ces paroles de lucidité, étayées par plus d’un demi-siècle d’engagement politique, s’assemble la mosaïque d’une pensée, qui dessine pour le lecteur la nécessité d’inventer enfin l’égalité entre tous les humains.

Vergès et Vergès, de l’autre côté du miroir, Entretiens avec Thierry Jean-Pierre (JC Lattès, 2000)

Si l’un s’est voué plus particulièrement à son île, les deux ont parcouru le monde et le siècle et ce qu’ils nous racontent appartient à l’Histoire, dans son mélange de tragédie et de comique. Enfin, il y a un troisième Vergès, le père -le Vieux pour Paul ou le Pater pour Jacques.  » Il a voulu tout leur apprendre, dès leur plus tendre enfance « , science, poésie, politique et valeurs.Thierry Jean-Pierre, qui fut député européen libéral, est décédé en juillet 2005.

Fils d’un Réunionnais, le juge Jean-Pierre, devenu un personnage médiatique lors de l’instruction de  » l’affaire Urba-Graco « , connaissait l’avocat Jacques Vergès. Lors de conférences (1992) à La Réunion avec ce dernier, il a rencontré Paul Vergès. Voyant en ces deux hommes d’  » exceptionnels témoins du siècle « , il a eu l’idée de ces entretiens à trois.
Un Vergès ressemble-t-il à un autre Vergès ? Quelle image le miroir – celui de l’opinion et/ou des médias – renvoie-t-il ? Jumeaux ou pas jumeaux ? Oui et non finalement.
Thierry Jean-Pierre reprend à son compte la thèse de Bernard Violet (Vergès, le maître de l’ombre, Le Seuil, 1999) sur l’antériorité de la naissance de Jacques. Mais en fin de compte la gémellité essentielle est ailleurs. En effet, ces entretiens alternés déroulent des parcours jumeaux caractérisés par la lutte contre toutes les formes de colonialisme et le racisme qui va avec. Derrière les sourires, eux aussi jumeaux, un même goût de pointer les contradictions entre l’affirmation des grands principes et les actes.

 

D’une île au monde, entretiens avec Brigitte Croisier (L’harmattan, 1993)

Une île est toujours un monde en soi, et le monde est comme une île, d’où la nécessité d’aller de l’un à l’autre et réciproquement pour arpenter l’espace et parcourir le temps. C’est ce que fait Paul Vergès à partir de l’affirmation que La Réunion est un  » petit laboratoire  » des problèmes du monde. Comment concilier progression démographique et sauvegarde de l’environnement ? Comment appliquer à tous le principe d’égalité quand, actuellement, 15 % de la population mondiale exploite 80 % des ressources naturelles ? Le choix pour chacun et pour tous est entre  » une barbarie civilisée  » ou  » une solidarité humaine « .
Aller d’une île au monde et réciproquement est aussi une méthode de pensée. Parce que l’île, sans être un modèle, peut, parfois, être un exemple, celui  » d’un peuple banian  » qui a su, à partir d’origines multiples, créer une culture dont l’unité se renforce de la diversité. Mais aussi parce que l’île subit les assauts de la houle du monde. Son histoire humaine commença avec la colonisation et l’esclavage, premières formes de mondialisation.
Dans ces entretiens menés en 1990 et 1991, Paul Vergès confronte aussi l’histoire du Parti communiste réunionnais ( » Fleurs de canne et chemin de fer « ) au combat entre  » socialisme réel et réalité du capitalisme « .
 » Aller constamment à l’idéal et exiger en même temps de comprendre le réel « , cela pourrait être une des devises de Paul Vergès.

Pour en savoir plus