D'une île au monde …

Le Blog de Paul Vergès

Police : A+ A- A

Investissement étrangers dans le secteur de la téléphonie outre-mer

Par • 7 Juil, 2015 • Catégorie: Actualités au Sénat

Le Sénateur VERGES s’est adressé à Madame la Ministre des outre-mer ; à Monsieur le Ministre de l’économie et du numérique; à Madame la Secrétaire d’Etat au numérique; à Monsieur le Premier Ministre sur la question des investissements étrangers dans le secteur de la téléphonie mobile outre-mer. 

Paris, le 16 avril 2015

Outre la question des prix des abonnements et des communications, toujours supérieurs à ceux pratiqués en France continentale, le secteur de la téléphonie mobile à La Réunion connaît, depuis quelques mois, de profondes modifications.

Il y a quelques semaines, le  groupe français Orange a été condamné à verser 8 millions d’euros à Outremer Telecom (filiale du groupe Altice) pour ses pratiques anti-concurrentielles, notamment dans les Antilles. En octobre dernier, l’Autorité de la Concurrence autorisait le rachat de SFR par Numéricable, sous réserve de plusieurs engagements, parmi lesquels la cession des activités de téléphonie mobile d’Outremer Telecom (Only) à La Réunion et à Mayotte.

A cette annonce, Numericable-SFR avait décidé d’augmenter les tarifs des forfaits de téléphonie mobile d’Outremer Telecom. Considérant qu’une telle pratique était de nature à dégrader l’actif, l’Autorité avait menacé de retirer son feu vert à la fusion Numericable-SFR. Les hausses de tarifs avaient été annulées et les abonnés remboursés.

En outre, l’Autorité de la concurrence soulignait les risques que cette fusion Numericable /SFR entraînait. En effet, le rapprochement des activités de SRR (Société réunionnaise de radiophonie, filiale réunionnaise de SFR) et d’Outremer Telecom (entreprise rachetée par Altice, maison-mère de l’opérateur français Numericable-SFR en juillet 2013 sous la marque Only), offre  à Numericable une très grande part du marché dans le secteur de la téléphonie mobile.

Cela représente environ 66 % de parts de marché à La Réunion. La situation serait encore plus difficile à Mayotte où ce regroupement représente plus 90 % du marché.

Dès l’autorisation accordée par les autorités compétentes, la société Altice a annoncé être entrée en exclusivité avec l’opérateur Telma, leader de la téléphonie mobile à Madagascar. Derrière Telma, il y a le groupe Hiridjee Group, principal opérateur de téléphonie à Madagascar.

En premier lieu, il nous semble que le choix d’un investisseur étranger sur un secteur aussi sensible que celui des télécommunications est problématique. En effet, Telma a son centre de décision et toutes ses infrastructures à l’étranger. En conséquence, l’arrivée de ce groupe sur le marché réunionnais ne créera aucune dynamique économique. En outre, il n’y a aucune garantie, à ce jour, que ce choix se traduise par une réelle baisse des coûts pour les consommateurs réunionnais.

En second lieu, parce que, d’autres opérateurs se sont positionnés sur le marché : il s’agit notamment de Free, de l’opérateur caribéen Digiciel, du groupe réunionnais Oceinde (marque Zeop). Il convient de prendre en compte le fait que le groupe réunionnais, depuis des années, a investi dans de nombreux secteurs, outre celui des télécommunications. En effet, Oceinde a entrepris de rapatrier à La Réunion tous les services aujourd’hui délocalisés par les opérateurs à l’île Maurice ou à Madagascar. Cela permettra, bien évidemment, aux consommateurs de La Réunion comme de Mayotte, de bénéficier de services de très haut débit, et cela à des prix réduits, tant pour ce qui est de la téléphonie fixe que sur la téléphonie mobile.

Oceinde ZEOP a annoncé, fin 2014, un plan pour raccorder à la fibre près de 110.000 foyers réunionnais, à l’horizon 2018, (en plus des 60.000 déjà éligibles). Le groupe va étendre le plan de déploiement de la fibre à 6 nouvelles communes. Le groupe souhaite ainsi « faire de La Réunion la première smart island au monde ».

Autre élément : début avril, l’Autorité de la Concurrence soupçonnait Numericable d’avoir pris le contrôle de SFR avant d’en avoir eu l’autorisation. Le dossier est susceptible d’être entaché d’irrégularités.

A la lumière de tous ces éléments, je vous demande de bien vouloir mobiliser tous les dispositifs existants, afin de vérifier la pertinence d’un investissement étranger dans un secteur aussi sensible.

Il importe également de prendre en compte la volonté  d’une entreprise réunionnaise d’investir dans son île, dans un secteur dans lequel elle est déjà connue et respectée. Il y a urgence, car le délai donné par Altice pour signer avec Telma est de trois mois.

 Sachant pouvoir compter sur votre compréhension, Je vous prie d’agréer, l’expression de ma haute considération

:
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Laisser un Commentaire