D'une île au monde …

Le Blog de Paul Vergès

Police : A+ A- A

S’adapter au réchauffement climatique

Par • 19 Juil, 2010 • Catégorie: Climat

Conférence des régions périphériques maritimes (CRPM) à Marseille les 3 et 4 février 2006. Extraits de l’intervention de Paul Vergès.

Nous sommes avec les changements climatiques face à un véritable enjeu de civilisation. Enjeu de civilisation encore trop souvent sous-estimé et qui pourtant dominera l’existence commune des hommes au cours de ce siècle et des siècles à venir.

Nous sommes avec les changements climatiques devant des désordres colossaux qui refaçonneront aussi bien la géographie de la planète que les relations entre les Etats. La question du changement climatique n’est pas une question exclusivement environnementale. Elle est aussi une question de sécurité, de sécurité collective.

La combinaison et la simultanéité du réchauffement planétaire, des évolutions démographiques et des effets de la mondialisation ouvrent en effet une période de bouleversements sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

A-t-on bien conscience que les graves fléaux qui affectent déjà la planète comme la pauvreté, l’accès à l’eau, les maladies, risquent de s’en trouver aggravés ? A-t-on conscience que, non pas dans un siècle, mais dans les années qui viennent, l’humanité aura à gérer des dizaines de millions de réfugiés du climat ?

(…) Comment dès lors ne pas s’interroger sur nos concepts de croissance et de développement que nous avons érigés en modèles et qui, nous le savons, étendus à l’échelle mondiale, conduiront la planète vers une impasse absolue ? En effet, qu’en sera-t-il du réchauffement planétaire lorsqu’il faudra répondre aux besoins en énergie des 9 milliards d’habitants qui peupleront la planète. Nous savons tous que l’échelle mondiale de nos modes de production et du mode de vie occidental, qui est fondé sur une consommation irraisonnée des ressources naturelles épuisables, est sans avenir.

(…) Parce que les résultats des politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre ne seront perceptibles que dans des siècles, cela implique que dans l’intervalle nous devions préparer nos pays, nos régions, nos populations à s’adapter aux impacts multiples générés par la dérive du climat.

Dérive climatique particulièrement sensible en Europe si l’on en croit l’Agence Européenne de l’Environnement qui indique dans son dernier rapport que l’Europe se réchauffe plus vite que la moyenne du globe.

Dérive particulièrement sensible aussi pour les régions littorales qui sont parmi les plus exposées aux conséquences du réchauffement planétaire. (…)

Comment ne pas s’interroger sur les conséquences de la fonte du continent blanc sur le choix des routes maritimes et sur le trafic portuaire ? Quels seront les impacts, positifs ou négatifs, pour les ports d’Europe de l’ouverture de nouvelles voies navigables au nord ?

Comment ne pas s’inquiéter de la question de l’élévation du niveau de l’océan et donc de la protection des populations, des sites industriels quand ceux-ci sont localisés sur le littoral .

Comment intégrer, avec la dose d’incertitudes inhérente au sujet, ces préoccupations dans l’élaboration de nos politiques sectorielles et la définition de nos politiques ? Car la prise ne compte de la donnée climatique conditionnera de plus en plus la pertinence des stratégies de développement de nos régions respectives.

C’est là un vaste enjeu, où, pour relever ce défi, nous gagnerons à travailler ensemble, à échanger nos expériences respectives et nos informations. Par la constitution d’un vaste réseau de connaissances, de surveillance, d’observations, de collecte et de diffusion de l’information entre nos régions, il nous est possible de contribuer efficacement à l’émergence d’une véritable politique régionale, européenne et cohérente d’adaptation au changement climatique.

(cf. Du rêve à l’action, pp.187-193, Océan Editions, 2007)

Laisser un Commentaire