D'une île au monde …

Le Blog de Paul Vergès

Police : A+ A- A

Kiltir nout zansèt

Par • 9 Août, 2010 • Catégorie: Culture

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Dans le cadre des actions de préfiguration de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise (MCUR) , le titre « Zarboutan nout kiltir » est donné au maloyèr Firmin Viry le 22 octobre 2005. Extrait du discours de Paul Vergès.

An kréol rényoné

Ni vé shak kréol lé bien dann son po, ninport la koulér li néna, ninport koman li lé, i fo li san ali bien. I fo pa li kopié dsi in ot, li pé pa rosanm in ot si li vé rest li mimm. Sa minm ni vé po la MCUR. Dann tout péi, tout bann pèp lé sivilizé. Kisoi ousa zot té i sorte : dan Lind-aou, Mozanbik-aou, Madégaskar-aou, Lérop, la Shine, Komore, tout nout bann zansèt té sivilizé, la poin inn té i port in sivilizasion pli fay. Kank zot lariv isi, zénérasion par dsi zénérasion, la éshanzé, la métissé, tout domoun la mélanzé. Zot la mélanz zot kiltir. Tout valér nout zansèt la améné, i fo sa i marsh ek lo respé lézin-lézot. Zordi, plis ni mèt anlér sak zot la donn anou, plis nou va mèt anlér linité la zénérasion koméla. (…)

Promié komansman navé poin persone isi, navé rienk zoizo. Sa i vé dir tout Rénioné koméla, son promié zanzèt té in létranzé, lété in zémigré. Nout tout zanfan zétranzé, zémigré. Ni pé pa insilt in moun i sort déor zordi, parske nou osi noré pa vouli i insilt nout zansèt. Zot la viv dann péi-la, la mèt sa an valér, la soufér, zot lé mor isi. Ninport kèl péi zot i sort, ni doi port azot respé.

Sa minm ni vé montré, zordi, ek sérémoni-la : mèt anlér bann désandan vié zansèt la soufér, té esploité, épi kanminmsa la gingn mèt zot soufrans, zot limiliasion, dann zot zistoir, zot maloya. La-dan osi zot la mèt zot volonté pou fé monte anlér sak té i fé d-zot domoun, fanm konm zonm, domoun èk zot santiman. Léritaz-la na poin lo pri.

I fo ni onor bann domoun la port la kiltir. Nou na in gran responsabilité : pran so rishès-la, partaz èk lézot, rouv nout kér, nout léspri pou lézot. Sak té la avan nou, navé poin tro moiyen po fé sa. Poitan zot la konsérv lo pli prinsipal. Anou, zordi nou néna tout pou nou fé sa. Pou sa minm nou néna pli gran responsabilité ankor. Saminm fonnkèr sérémoni zordi : i fo nou port nout passé la soufrans é limiliasion dann la dinité. I fo ni sov sak désertin i apèl « l’âme », sak dot i apèl « la conscience », sak ni apèl « la kiltir nout zansèt ».

Version française :

Pour que chaque Créole soit « bien dans sa peau », et tel est notre vœu, quelle que soit sa couleur de peau, il ne doit ressembler à aucun autre qu’à lui-même. C’est l’objectif même de la Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise. Qu’il s’agisse de l’Inde, du Mozambique, de Madagascar, de l’Europe, de la Chine, des Comores, tous ces pays sont habités par des peuples civilisés et aucun de nos ancêtres n’était porteur d’une culture inférieure. Arrivés ici, grâce aux échanges, ces peuples se sont mélangés, ont mélangé leurs cultures. La valorisation de ce que nos ancêtres ont apporté doit s’accompagner du respect des uns envers les autres. Plus nous exalterons la richesse que nos ancêtres nous ont donnée, plus nous renforcerons l’unité des générations actuelles.

(…) A l’origine, il n’y avait personne ici, à part des oiseaux et d’autres animaux. Autrement dit, les premiers ancêtres des Réunionnais d’aujourd’hui étaient des étrangers, des émigrés. Nous sommes tous et toutes des enfants d’ancêtres « immigrés », d’ancêtres étrangers. On ne peut insulter quelqu’un aujourd’hui en le traitant d’étranger, car nous n’aurions pas voulu que nos ancêtres fussent insultés de la sorte. Ils ont vécu dans ce pays, l’ont mis en valeur, ont souffert, sont morts ici, ils doivent être honorés comme tous les autres qui viennent de partout.

Tel est le sens que nous voulons donner à cette cérémonie en honorant les descendants d’ancêtres qui ont souffert, qui ont été exploités et qui ont essayé de mettre ces souffrances et ces humiliations dans leurs contes et leurs maloyas. Ils y ont mis aussi cette volonté d’exalter ce qui faisait d’eux des hommes et des femmes, des êtres humains sensibles. Cet héritage est inestimable.

Nous devons honorer ces passeurs et notre propre responsabilité, considérable, consiste à enrichir, échanger, à s’ouvrir aux autres. Malgré leur peu de moyens, ceux qui nous ont précédés ont su préserver l’essentiel. Aujourd’hui, nous, qui en avons les moyens, sommes face à une obligation infiniment plus grande que la leur. Le sens de cette cérémonie actuelle est dans le devoir d’être dignes de tout ce passé de souffrances, d’humiliations. Il nous faut sauvegarder ce que certains appellent l’âme, d’autres la conscience, et que nous appellerons la culture de nos ancêtres.

(cf. Du rêve à l’action, pp. 95-107, Océan Editions, 2007)

Marqué comme : , , , , , , ,

Une Réponse »

  1. Il est important de préserver, renforcer, réhabiliter ces apports de notre passé.
    Cet héritage est une richesse, c’est un trésor, c’est l’âme de notre île plurielle
    c’est la culture de nos zancet car n’oublions  » de tout paysage, garder intact la transe du passage ».

Laisser un Commentaire