D'une île au monde …

Le Blog de Paul Vergès

Police : A+ A- A

Défi

Par • 12 Avr, 2012 • Catégorie: Que faire ?

Le défi lancé à la face des Réunionnaises et des Réunionnais : acculer à la démission les responsables réunionnais d’une grande entreprise réunionnaise pour les remplacer par qui ?

Parmi les nombreuses informations proposées par la presse réunionnaise, certaines méritent une attention toute particulière. En effet, elles démontrent que les prises de décisions de certains hommes ou femmes politiques réunionnais sont loin d’être en cohérence avec leurs affirmations. C’est par exemple le cas pour les recrutements à l’Agorah et à Air Austral.

La décision de Gérard Ethève d’être relevé de ses fonctions de Membre et Président du Directoire a été relatée dans toute la presse réunionnaise, mais aussi nationale.

Bien des journaux soulignent l’extraordinaire aventure de cette compagnie régionale, son essor et la place qu’elle a su se créer dans le monde de l’aviation civile.

La presse dans son ensemble fait état des différents problèmes rencontrés par la Compagnie régionale. En premier lieu, la nécessité de recapitaliser la structure, afin que ce capital soit en adéquation avec le chiffre d’affaires réalisé.

Cette opération a été réalisée par le principal actionnaire de Air Austral, la SEMATRA, composée notamment du Conseil régional et du Conseil général.

Afin de faire face à ses obligations, Air Austral a, comme toute entreprise, demandé aux banques de lui accorder un prêt. Ce qui lui a été refusé. Les banques ont conditionné ce prêt de 40 millions d’euros (destiné à l’acquisition de nouveaux appareils) à un changement de Direction de la Compagnie.

Dans cette situation, Gérard Ethève n’a pas voulu prendre le risque de représenter un obstacle à l’octroi de ce prêt. Il a donc choisi de se retirer.

Cette position, courageuse mais aussi d’une extrême responsabilité, a été partagée par les proches collaborateurs de Gérard Ethève : Alain Abbadie, Michel Frappier de Montbenoît et Joseph Brema.

100% Réunionnais

Voici donc quatre dirigeants réunionnais qui ont été contraints à se démettre de leurs fonctions. Des dirigeants réunionnais, d’une société réunionnaise, dont les actionnaires sont réunionnais, et qui plus est, par deux collectivités locales réunionnaises.

Ainsi, on est devant le plus grand scandale que La Réunion n’ait jamais connu.

Gérard Ethève et son équipe cesseront leurs activités fin juin 2012. Ce qui laisse deux mois et demi aux membres du conseil de surveillance – dirigé par le Président du conseil régional – pour remplacer cette équipe.

Comment, dans des délais aussi courts, le conseil de surveillance pourra-t-il procéder à ces recrutements ?

Le récent exemple de ce qui s’est passé pour l’Agorah ne peut être ignoré. Le Directeur de la structure ayant cessé ses fonctions, son remplacement a été nécessaire. Après ce qui s’apparente plus à un simulacre d’appel à candidatures, la vice-présidente du Conseil régional en charge du dossier a porté son choix sur une femme, qui n’a jamais mis les pieds à La Réunion. A en croire la vice-présidente de la Région, elle était la seule à détenir les compétences nécessaires.

 Un scandale énorme

Car ces deux affaires arrivent au moment où l’ensemble des candidats aux élections présidentielles qui ont séjourné à La Réunion ont expliqué qu’il fallait donner la priorité aux Réunionnais.

Ainsi, il n’aura pas fallu attendre longtemps pour constater que les affirmations de certains candidats ne sont pas respectées par leurs représentants locaux.

Quel formidable démenti Didier Robert et Fabienne Couapel Sauret ont ainsi apporté aux déclarations de leur candidat Sarkozy ! Déclarations publiques faites à La Réunion aux Réunionnais !

Aujourd’hui, avec la question d’Air Austral, c’est la même question qui se pose : et le démenti cinglant aux propositions formulées par l’actuel Président de la République est le point de départ d’une protestation générale, soulevant tous les Réunionnais.

 Un défi

C’est un défi lancé à la face de tous les Réunionnais.

Maintenant, la question est de savoir si les responsables politiques réunionnais auront tous les culots : comment embaucher des personnes ayant les mêmes compétences, savoir faire, connaissances et dotées du même crédit que les membres de l’équipe démise d’Air Austral.

Chasser quatre responsables réunionnais pour les remplacer par quatre personnes recrutées à l’extérieur !

Et si devant la protestation générale, les responsables de la Région reculent, vont-ils avoir le culot d’embaucher quatre Réunionnais, juste pour avoir la satisfaction de clamer, par la suite « vous avez vu, on a embauché des Réunionnais, vous voyez bien qu’ils ne peuvent faire face aux responsabilités qui vont être les leurs ».

 Un enjeu

Avec ce sous entendu, parfaitement limpide : les Réunionnais sont moins compétents que les Métropolitains.

Il n’y a jamais eu de situation aussi limpide et claire.

Maintenant, La Réunion a les yeux fixés sur Didier Robert et Nassimah Dindar, tous deux aux commandes de la SEMATRA pour savoir quelle va être leur attitude.

Quant à Air Austral, c’est tout simplement son avenir qui est en jeu. Comme celui du millier de salariés qu’elle emploie. Et des centaines de milliers de passagers qu’elle transporte.

Et dire que l’emploi des Réunionnaises et des Réunionnais, la mobilité et le désenclavement de l’île sont des sujets mis en avant pour cette élection présidentielle !

Marqué comme :

Laisser un Commentaire