D'une île au monde …

Le Blog de Paul Vergès

Police : A+ A- A

Etre prêt à prendre ses responsabilités

Par • 4 Avr, 2011 • Catégorie: Que faire ?

De toute évidence, l’événement de la semaine passée a été l’élection de Nassimah Dindar à la présidence du Conseil général. Une présidente élue, à l’unanimité des trois groupes strictement équivalents (11 x 3), l’Alliance, le PS, les Démocrates sociaux, à partir d’une plate-forme commune qui sera appliquée tout au long des 3 ans à venir. Une élection qui s’inscrit dans une continuité renforcée, tant au niveau d’un bilan ainsi validé qu’au niveau de principes d’action posés clairement.

Ainsi la dynamique de rassemblement s’accompagne du respect de l’indépendance de chaque groupe dans la mesure où personne n’exerce de censure sur la composition interne de chaque groupe. Autre principe : les responsabilités sont partagées à équivalence. Enfin, le travail et les décisions sont concertés et appliqués de manière commune.

Cette organisation a quelque chose d’exceptionnel qui place La Réunion dans une situation spécifique : quel autre Conseil général, sur l’ensemble du territoire français, peut-il se prévaloir d’une majorité comptant les deux tiers des conseillers généraux, réunis sur une plate-forme commune, au-delà de leur diversité propre ?

Un rassemblement sur la base de principes

Il faut donc voir dans cet événement un pas décisif dans le fonctionnement démocratique, le respect des opinions des uns et des autres et se féliciter d’un élargissement renforcé sur la base de principes acceptés par tous. Là est l’essentiel.

Un autre enjeu important est à souligner. Un élément fondamental de ce rassemblement a été la critique de la politique sociale du gouvernement actuel et, à plusieurs reprises, nous avons eu l’occasion d’attirer l’attention sur l’échéance de 2012. Certains ont d’ailleurs critiqué cette analyse qui évidemment ne pouvait que les gêner. Or, au lendemain des résultats des cantonales, tous les commentateurs ont montré l’enjeu national de ces élections cantonales et ont annoncé que d’ores et déjà la campagne des présidentielles avait commencé.

Effectivement, l’année prochaine, dans 13 mois, l’élection présidentielle, suivie des élections législatives, aura lieu. L’état actuel de déliquescence du pouvoir, l’élargissement des opposants à ce pouvoir laissent supposer un changement au plus niveau de l’Etat. Un changement pour au moins 5 ans, la durée d’un mandat, et sans doute 10 ans, dans la mesure où habituellement les Présidents de la République renouvellent leur mandat.

Un point de départ

Nous sommes donc à la veille d’un événement qui ouvre une nouvelle ère, de 2012 à 2022. Il faut mesurer l’importance considérable de ce changement possible ou même probable en ayant à l’esprit l’extrême gravité de la situation de La Réunion avec 145 000 personnes sans travail, 49 % de la population au-dessous du seuil de pauvreté, 122 000 personnes illettrées, la faillite de la politique du logement, etc.. A ces chiffres, il faut ajouter la perspective de l’augmentation de 50 000 personnes dans les 5 prochaines années, et de 100 000 habitants de plus à l’horizon 2022.

Ce rendez-vous qui est devant nous peut avoir des conséquences aussi grandes que la loi du 19 mars 1946 quand La Réunion,  une colonie de 242 000 habitants, est devenue un département, comptant aujourd’hui, 65 ans plus tard, 830 000 habitants.

Sommes-nous capables de saisir l’ampleur d’une crise à la fois régionale, nationale et mondiale ? Avons-nous pris la mesure de l’effondrement économique et de l’aggravation sociale ? Bref serons-nous à la hauteur de ce rendez-vous de la responsabilisation pour élaborer nous-mêmes un plan de développement durable ?

Le processus électoral qui s’est déroulé sur les trois dernières semaines est aussi et surtout un point de départ pour amplifier l’élargissement permettant à La Réunion de faire face à ce rendez-vous historique. 2011 sera marquée par un grand débat démocratique pour que chaque Réunionnaise et chaque Réunionnais, et plus particulièrement les jeunes, s’engagent et prennent toutes leurs responsabilités.

2 Réponses »

  1. Cher HonorableGramoun Vergès,

    Une corbeille de M-E-R-C-I pour votre grande contribution à notre rayonnement créole, à notre exemplarité créole. Oui l’exception créole existe et résiste avec le soutien tous dans l’unité des valeurs communes avec un esprit visionnaire !

    Continuons de fleurir au péy et dans le monde: « Ti-lam -ti lamp, ou sak nou sava nout band racines va sot la mer mèm!  »

    « Mersi en pil ! » comme disent les haïtiens créoles qui se battent pour faire rayonner en symbiose leur culture, leur créole-haïtien et leur francais en même temps, après tsunami, cyclone….

    Imaginé, si on comptabilisait tous les peuples créoles. Kréol power!
    Merci de transmettre vos connaissances pour qu’on plus de décidèrs= leader kréol altruiste et humaniste

    Honneur & Respect créoles
    Ze Kafrine

  2. Face à tous les défis du présent, nous devons tous nous unir pour préparer l’avenir.
    Aujourd’hui le contexte économique, social reste difficile.Il est important plus que jamais que notre « péi » diffuse ses idées et bâtisse des alliances autour d’un projet réunionnais.Tous ensemble, nous devons relever ces défis qui aggravent notre quotidien ( chômage, illettrisme, trop de foyers victimes de la pauvreté, trop de jeunes à la recherche d ‘un emploi, coma circulatoire sur le réseau routier…). L’homme et la femme politique réunionnais doivent construire pour faire avancer la vision réunionnaise. Nous sommes capables de construire notre  » think tank ».Nous devons prendre en main notre destin pour inscrire notre projet réunionnais dans la politique gouvernementale française et européenne.L’heure de la responsabilité réunionnaise a sonné. Cultivons notre jardin avec les matières premières bien riches de notre île arc en ciel.

Laisser un Commentaire