D'une île au monde …

Le Blog de Paul Vergès

Police : A+ A- A

Préparer le changement dès aujourd’hui

Par • 14 Mar, 2011 • Catégorie: Que faire ?

Cette semaine s’achèvera sur le premier tour des cantonales et la presse continue à se faire l’écho des divers engagements des candidats aux postes de conseiller général. Mais en pleine préparation de ces élections départementales, c’est l’élection présidentielle prévue dans 14 mois qui a provoqué le plus de commentaires et de tous bords. Preuve qu’on ne peut dissocier les deux élections et que l’élection présidentielle est d’ores et déjà dans toutes les têtes.

C’est en effet la publication de deux sondages donnant Marine Le Pen en tête au premier tour qui a provoqué la surprise pour tous et l’affolement à l’UMP. Si l’élection présidentielle avait lieu actuellement, Nicolas Sarkozy serait éliminé dès le premier tour. Que de nouveaux sondages aient ensuite donné d’autres résultats n’annulent pas les précédents et d’autres sondages suivront.

En fait de nombreux sondages avaient déjà montré que la politique menée par le gouvernement faisait de plus en plus de mécontents. Ces deux sondages en question confirment cette tendance lourde de manière cinglante. Mais ils introduisent une donnée qui, à la fois, confirme le désarroi de nombreux citoyens et souligne les risques d’une situation incontrôlable.

Que faire pour ne pas se tromper de voie, quand la crise s’aggrave ?

Le prix des carburants va continuer à augmenter, conséquence de la hausse du prix de baril de pétrole et des événements de Lybie. On parle du litre d’essence à 2 €.  Cela s’ajoute au prix exorbitant de produits de consommation courante importés dans l’île depuis l’Europe. Une récente enquête de Que choisir ? a évoqué un surcoût de 70 % que les taxes et le coût du transport ne suffisent pas à expliquer. L’augmentation du forfait hospitalier aura, entre autres, pour effet de faire payer les conséquences de la crise aux plus modestes. Enfin, dernier exemple, la baisse du prix du rachat par l’EDF de l’électricité d’origine photovoltaïque va ralentir l’activité des entreprises spécialisées dans ces énergies propres et créer encore plus de chômage. Il y a là une conséquence directe de la politique gouvernementale, défendue par l’UMP locale, et qui contredit les promesses du Grenelle de l’environnement.

Alors que nous sommes en campagne, nous entendons des candidats faire un certain nombre de promesses. C’est conforme au rituel électoral. D’une certaine façon, ces promesses expriment les besoins de la population, en particulier sa demande sociale. Or, les dotations du gouvernement au Conseil général diminuent. De plus, l’Etat n’a pas réglé ses dettes vis-à-vis du Département. Quels seront donc les moyens de la collectivité nouvellement élue pour satisfaire ces besoins ?

Le changement est plus que jamais nécessaire.

Dans 14 mois, sera posée aux électrices et aux électeurs la question de la conservation ou du changement au plus haut sommet de l’Etat, puis à l’Assemblée nationale. Les sondages que nous avons évoqués au début montrent bien que cette perspective est en réalité déjà présente et dans la réflexion des politiques et dans l’attente de la population. Nul doute que la classe politique française va reconsidérer les positions des uns et des autres et éventuellement les alliances à la lumière des derniers sondages. Quant aux électrices et aux électeurs, ils savent qu’ils ont les moyens d’exprimer ce qu’ils ne veulent plus. Ils doivent prendre conscience qu’ils peuvent se faire entendre.

Là est l’importance du vote des 20 et 27 mars. Ce vote doit montrer de façon éclatante le rejet de la politique de Nicolas Sarkozy en éliminant les candidats qui appuient, ici, cette politique, même s’ils n’affichent pas le sigle de l’UMP…

Si en France et dans l’Outre-mer, il y a un net recul de ces candidats, on pourra considérer que le gouvernement actuel, à 14 mois du rendez-vous des présidentielles et des législatives, est condamné à perdre.

Si le changement se produit, le ou la président/e élu/e en 2012 le sera sans doute pour deux mandats de 5 ans chacun, comme c’est le cas le plus souvent.

Préparer le changement en 2012, c’est donc ouvrir une nouvelle ère jusqu’en 2022. Telle est l’actuelle responsabilité de chacune et de chacun. Dès aujourd’hui !

Laisser un Commentaire