D'une île au monde …

Le Blog de Paul Vergès

Police : A+ A- A

Se préparer au changement

Par • 19 Sep, 2011 • Catégorie: Que faire ?

La ligne d’horizon est toujours la même : faire l’effort de voir clair, plus particulièrement quand la crise s’aggrave, une crise dont les Réunionnaises et les Réunionnais ont déjà et auront encore à payer le prix.

La rentrée scolaire semble être derrière nous. Elle l’est en termes d’événement au jour le jour, elle l’est si on s’en tient à une date sur le calendrier, mais le mécontentement continue à se faire entendre. Si une rentrée scolaire est faite dans de mauvaises conditions, ses effets se font sentir sur toute l’année.

La crise toujours

La semaine dernière, on a beaucoup évoqué le sort du groupe Caillé. Après l’inquiétude précédant le jugement du tribunal de commerce, il y eut le soulagement une fois le jugement rendu. Effectivement, dans l’immédiat, c’était le sort de plus de 2000 travailleurs qui était en jeu. Soulagement justifié pour ces travailleurs et leurs familles, et aussi pour l’économie de La Réunion. N’oublions pas cependant qu’au total quelque 200 travailleurs auront perdu leur emploi, « ils sont restés sur le carreau » comme l’a dit un média sans guère d’élégance ! Mais, le défi de rembourser 210 millions d’euros en 10 ans sera un exploit sans doute difficile à réaliser dans le contexte de crise que nous connaissons.

Toujours en termes d’emplois, le gouvernement étudie un projet de loi qui vise à mettre un terme, en 4 ans, à tous les emplois précaires de la Fonction publique d’Etat et de la Fonction publique territoriale. Mais l’étude d’impact du gouvernement admet que l’outre- mer pose un problème à cause du nombre excessif d’emplois précaires (de l’ordre de 61 % pour La Réunion). Une réflexion spécifique sera menée à ce sujet. On peut craindre que le principe d’égalité de traitement soit mis à mal. Et cette fois par la loi.

Avec ces quelques exemples, on voit que la rubrique hebdomadaire montre de manière permanente que le poids le plus lourd de la crise est imposé aux plus pauvres et à une partie de la classe moyenne.

Dimanche, les élections sénatoriales

C’est dans ce contexte qu’auront lieu, dimanche 25 septembre, les élections sénatoriales. A La Réunion, elles se dérouleront, selon toute vraisemblance, dans une configuration spécifique.

En effet, jusqu’ici la Droite avait deux représentants au Sénat. Des représentants qui ont soutenu avec constance le gouvernement pendant tout le temps de leur mandat. Or, ces deux champions du soutien à Sarkozy ont été, disons, « remerciés » et…remplacés par d’autres candidats, le maire de Saint-Pierre, une députée de la 3ème circonscription et l’ex-député de cette même circonscription. Pourquoi ? On ne sait, ni dans un camp ni dans l’autre on n’a donné d’explication : « Secret défense ! ». Les grands électeurs et grandes électrices apprécieront la manière dont on traite leurs choix antérieurs.

Un autre aspect retient notre attention. On peut supposer qu’il y aura un changement dans la représentation réunionnaise au Sénat. Jusqu’à aujourd’hui, il y a 2 représentants de Droite et 1 de l’Opposition au gouvernement. Sur les 4 sénateurs et sénatrices qui seront élus/es dimanche, on peut pronostiquer que sera élu un seul représentant du soutien à la politique gouvernementale. L’opposition devrait avoir 3 élus, 2 de l’Alliance et 1 du Parti socialiste. Autrement dit, la majorité sortante ayant eu jusqu’ici 2/3 d’élus sera remplacée par ¾ d’élus de l’opposition. Renversement significatif ! Telle sera la contribution de La Réunion au changement de majorité au Sénat que beaucoup de commentateurs annoncent.

Si ce changement capital intervient, il faut avoir à l’esprit dans quelle perspective il s’inscrira.

Une nouvelle période

En effet, 6 mois plus tard, en avril-mai 2012, auront lieu les élections présidentielles qui risquent d’être un échec pour le président sortant. Un mois plus tard, en juin 2012, ce seront les élections législatives, qui auront la couleur des élections présidentielles.

Les sénatrices et les sénateurs sont élus pour la période de 2011 à 2017 ; le ou la Président/e de la République est élu/e pour la période 2012-2017, les députés/es pour la même période 2012-2017.

Souvent le Président de la République effectue deux mandats. Ce fut le cas de François Mitterrand, également de Jacques Chirac. Nicolas Sarkozy va tout faire pour poursuivre cette tradition.

Mais si on se situe dans la perspective d’un changement, on peut supposer que la nouvelle période qui s’ouvre durera une décennie (2011-2017 ; 2017-2022).

Les élections sénatoriales de dimanche prochain peuvent inaugurer un changement de tout l’appareil de direction de l’Etat, pour 5 et même 10 ans.

Savoir penser et opérer le changement

C’est un espoir. Encore faut-il que les élus/es de La Réunion aient la capacité de voir quelles sont les réformes nécessaires qui permettront à notre île de s’inscrire positivement dans l’évolution de la France, de l’Europe et du monde. Capacité à imaginer les changements nécessaires en prenant en compte le contexte de crise, les modifications climatiques, les évolutions démographiques, les bouleversements dans la hiérarchie des puissances mondiales.

Rendez-vous capital qui place chacune et chacun devant cette tâche : comment opérer un changement capital en faveur du développement durable de La Réunion ?

Cette tâche est à partager pour toutes et tous, et à commencer dans l’immédiat par celles et ceux qui, dimanche, choisiront leurs représentantes et représentants en fonction de l’intérêt général de La Réunion.

C’est une responsabilité historique. Il nous faut espérer que celles et ceux qui représenteront La Réunion, au cours de ces futures échéances, aient le même sens des responsabilités que Raymond Vergès et Léon de Lépervanche en mars 1946.

Une Réponse »

  1. Attendez que l’élection du Président du Sénat ait eu lieu pour démissionner, M. Vergès, sinon votre suppléante ne pourra pas voter pour élire le Président.
    C’est un moment historique, on aura besoin de votre vote. Et nous serons émus de voir un Réunionnais, et en l’occurrence vous-même, président la séance, en tant que doyen.
    Merci camarade.

Laisser un Commentaire